Échanger entre les peuples, valoriser et préserver le patrimoine naturel et culturel local, accompagner les initiatives rurales responsables et solidaires dans leurs projets ... VOYAGEONS RESPONSABLES ...

4 juin 2014

BARRANCAS, UN SITE ARCHEOLOGIQUE DEDIE A L’EDUCATION

TransHumans Pas de commentaire

L’Université Nationale de Cuyo (UNCUYO Mendoza-Argentine) met l’archéologie au service de l’éducation et de l’identité culturelle de la communauté Huarpe de Barrancas. Une initiative auquel s’associe TransHumans en s’impliquant personnellement et financièrement auprès des jeunes de la communauté.

Un site riche en Histoire

Depuis les années 1940, Le site de Barrancas (Mendoza, Argentine)  est un site reconnu par les archéologues locaux qui ont pu y observer de nombreuses traces d’occupation humaine anciennes. En 2010, l’équipe d’archéologie de l’université nationale de Cuyo-Mendoza, découvre une crypte contenant une trentaine de squelettes vieux de plus de 2300 ans appartenant à la culture pre-Huarpe qui relance l’intérêt général.

L'archéologie s'étend vers d'autres horizons.

Les fouilles se situent face à l'école primaire/secondaire rurale de Barrancas et les travaux des archéologues ont rapidement suscités l’intérêt des jeunes. L’équipe universitaire souhaitant divulguer au sein du village le sens et les objectifs de leur recherche a choisi d’intégrer ces jeunes au travail de terrain et de proposer une présentation académique de l’archéologie aux jeunes élèves.  L’intérêt grandissant des élèves a finalement conduit à la création d’un petit groupe d’archéologues en herbes ayant pour mission de transmettre aux autres jeunes et aux villageois les avancées et les résultats des travaux.


En 2013 face à l’intérêt  grandissant des élèves et des enseignants pour l’archéologie naît l’idée de générer de nouvelles activités et de nouveaux outils pédagogiques pour l’éducation et la formations des jeunes, afin qu’ils puissent devenir de véritables médiateurs au sein de la communauté et puissent promouvoir auprès des autres écoles l’intérêt du site archéologique notamment concernant le mode de vie de ces populations pre-Huarpe, leur régime alimentaire ou leurs activités quotidiennes.

En 2014, en collaboration avec les archéologues, interviennent sur le site à proximité de l’école : des architectes de l’université pour la construction de « maisons enterrées » reproduisant ce qu’étaient certainement les maisons des premiers habitants du site, des céramistes pour expliquer et former les jeunes et les membres de la communauté aux techniques ancestrales, des agronomes pour la création d’une réplique de potager pre-Huarpe et des spécialistes du tourisme et de la communication pour enseigner aux jeunes les techniques de promotions et valorisation de leur patrimoine culturel.

A  terme, l'objectif sera la création d'un parc archéologique ouvert au grand public permettant de mettre en valeur les recherches effectuées, préserver le patrimoine culturel local et renforcer l’identité culturelle des jeunes de la communauté Huarpe de Barrancas.


TransHumans plonge dans la préhistoire.

Sélectionné dans le cadre de son programme d'Education Relative à l'Environnement et aux Cultures Aborigènes, TransHumans a choisi de participer à ce projet d’une part en finançant et participant à la création d’outils pédagogiques pour la vulgarisation des connaissances sur la culture pré-Huarpe auprès des jeunes  et d’autre part en apportant ses compétences en agronomie dans le cadre de la création du jardin archéologique pré-Huarpe.
Les outils pédagogiques, permettront aux jeunes de découvrir ou de compléter leurs connaissances sur la culture Huarpe et pre-Huarpe au travers des jeux et de fiches didactiques.
Le jardin archéologique aura pour objectif de mettre en culture les espèces végétales retrouvés sur le site ou à proximité en utilisant les techniques agricoles pouvant avoir été employées par les populations pre-Huarpe de Barrancas.


22 mai 2014

Un Geyser comment ça fonctionne ?

TransHumans Pas de commentaire

Geyser vient de l’islandais Geysir qui signifie « émaner, jaillir», ce terme définit une source thermale qui a la spécificité d’émettre  périodiquement une colonne d’eau chaude et/ou de vapeur. 

Au Chili, il existe un champ entier de geyser, les Geysers du Tatio qui regroupent quasiment 10% des geysers du monde. Situé à 4200m d'altitude, les jets d'eau et les émanations de vapeur offrent de véritable paysages de science fiction.


Où trouver des geysers?

Cette excentricité de la nature n'est possible que si 3 conditions essentielles sont réunies:
Premièrement, il faut un "point chaud", c'est à dire un endroit où le manteau terrestre a une température plus élevée que la normale. Généralement, ces points chauds se situent à la limite entre 2 plaques tectoniques, soit sur une dorsale (zone d'extension) où la croute terrestre est la plus fine, comme en Islande; soit dans une zone de subduction, là ou une plaque passe sous une autre et permet au magma de remonter proche de la surface, comme dans les Andes.

Deuxièmement, un geyser n'est visible que dans les zones où l'eau est abondante. Cela parait évident, certes, mais ceux qui ont eu la chance de se rendre au Tatio pourront confirmer que le parc géothermique ressemble plus à un désert qu'à une forêt humide. Pourtant l'eau est abondante, mais seulement dans le sous sol. En effet, le Tatio se situe dans une vallée entourée de volcan supérieur à 5000m quasiment tous recouverts par des glaciers. Donc l'eau provient de l'accumulation dans cette vallée de l'eau de ruissellement des glaciers. L'absence de végétation s'explique plus par la haute altitude et les températures extrêmes que par le manque d'eau.

 



Enfin, et non la moindre, les geysers se différencient des autres sources thermales par leurs structures souterraines qui consistent généralement en un système de tubes reliant une ou plusieurs réserves d'eau souterraine à une petite ouverture superficielles.




 

Fonctionnement d'un Geyser

Avant d'entrer dans le détail du fonctionnement d'un geyser, une digression sur quelques notions basiques de thermodynamique peut être nécessaire :
Tout d’abord, il faut savoir qu’un corps chaud a une densité moindre qu’un corps froid. C’est le principe même des montgolfières où l’air est chauffé dans le ballon pour pouvoir s’élever dans une atmosphère plus froide.
Ensuite, contrairement à une idée reçue, la température d’ébullition de l’eau n’est pas toujours de 100°C. En effet, la température d’ébullition dépend de la pression à laquelle est soumis le liquide. Au niveau de la mer, à une pression de 1013.5 hPa l’eau bout effectivement à 100°C mais en altitude, sur le site des geysers du Tatio au Chili, à 4200m, l’eau bout à 86°C. Ce même principe est utilisé dans votre cocotte-minute où la pression est élevée et où l’eau bout à 122°C, ce qui permet aux patates de cuire plus vite!

Justement, voyons comment un geyser s’apparente à une cocotte minute géante :


Lorsque le geyser se rempli d’eau, l’eau en superficie se refroidie. Le conduit vers le réservoir d’eau chaude étant étroit, ce refroidissement n’atteint pas l’eau plus profonde du réservoir. 

Cette eau froide se comporte alors comme un bouchon mettant sous pression l’eau plus chaude du réservoir. Cette surpression fait que l’eau souterraine se surchauffe, atteignant une température supérieure à 100°C.
Arrive finalement le moment où l’eau surchauffée finit par atteindre sa température d’ébullition, des bulles de vapeur commencent alors à se former et à remonter. 
En passant la colonne d’eau froide, ces bulles réduisent peu à peu la densité du « bouchon », jusqu’au moment où celle-ci avoisine la densité de l’eau chaude permettant son violent jaillissement. 
Et le cycle recommence.

C’est ainsi que certains geyser ont des cycles très ponctuels, de quelques minutes à plusieurs heures entre 2 éruptions.



24 avr. 2014

Fils du soleil - formation des enfants à l'utilisation de l'énergie solaire

TransHumans Pas de commentaire



Le Fond Solidaire généré grâce à la participation des voyageurs 2013 permet à TransHumans de renouveler en 2014 son appui aux projet de l'association SOLAR INTI dans le Nord Ouest Argentin. 

Cette année c'est un projet de formations des jeunes à l'utilisation de l'énergie solaire et la fabrication de fours solaires et de mini-cuiseurs thermos qui sera mis en place par notre partenaire. Les activités touchent à divers domaines (physique, optique, mathématiques, alimentation) et pourront être accompagnés d'échanges entre les écoles françaises et Argentines pour permettre de développer des expériences humainement riches, porteuses de sens pour les enfants. 

Déjà, Les élèves de l'école "La Caravelle" (Noyal sur Vilaine, 35) accompagnés de leur instituteur (Pierrick Robin) ont cuisinés des moelleux au chocolat dans leurs fours solaires. La vente des gâteaux, ont permis de construire des cuiseurs solaires pour les écoles des enfants d'Argentine.



Avis à d'autres écoles françaises souhaitant mettre en place un échange avec une école rurale des Andes Argentines...

Plus d'informations sur le projet "Appui énergétique aux cantines scolaire de Salta" sur le blog de Solar Inti

2 avr. 2014

2 AVRIL - Jour des vétérans et disparus de la guerre des Malvines -

TransHumans Pas de commentaire

Ce jour férié est l’un des dernier à avoir été instauré en 2000 en l’honneur des combattants de la guerre des Malvines , la date du 2 avril étant le jour où les troupes argentines avaient débarqués en 1982 sur ces îles désertes.


Ces îles qui étaient disputées depuis longtemps entre la France, l’Espagne et l’Angleterre avaient finalement été prises par les anglais en 1833. Depuis, ces îles, nommées alors iles Falkland, n’offrant aucun intérêt économique ou stratégique, personne n’avait remis en cause cette possession anglaise.


Ce n’est qu’en 1982, que la Junte miltaire au pouvoir en Argentine depuis 1976 décide subitement de reprendre ce bout de territoire aux anglais et débarque ses troupes sur ces îles isolées. L’objectif principal de cette action n’était pas d’élargir le territoire argentin, mais plutôt de faire oublier à la population la désastreuse gestion du pays par la junte au pouvoir et de rassembler le nationalisme autour d’une victoire militaire, rapide et propre. En effet, qui aurait pensé que l’Angleterre n’accepte pas l’affront et se lance immédiatement dans une expédition militaire pour venir récupérer ses 12 000 km² ?

Malgré l’énorme différence de force (Argentine 38 bateaux contre 111 anglais), les argentins résistèrent jusqu’au 14 juin avant d’abandonner définitivement les Malvines. L’ironie veut que cette défaite précipite la chute de la junte militaire en décembre 1983 alors que Margaret Thatcher fut réélue la même année…

Aujourd’hui, ce jour férié, loin de magnifier cette guerre est plutôt dédié à rendre honneur aux combattants qui furent envoyés à la guerre pour une cause inutile par un gouvernement incapable. En effet, à leur retour, les vétérans ne furent jamais reconnus et même très mal vu, que ce soit par la junte qui les accusait de la défaite mais aussi par la population qui voyaient en eux le symbole d’un gouvernement militaire violent et guerrier.

Le 2 avril est donc un jour spécial pour se remémorer cette guerre sans but et plus généralement pour se souvenir de cette période noire de l’histoire argentine qu’à été la dictature militaire. 



20 mars 2014

Argentine, Bolivie, Chili - 50 jours hors des sentiers battus - Caroline

TransHumans Pas de commentaire


Un billet d'avion dans la poche, destination Buenos Aires!
50 jours pour partager, découvrir les us et coutumes ainsi que les paysages grandioses d'Argentine, de Bolivie et du Chili.

  J'avais déjà quelques idées en tête mais c'est surtout Christophe qui m'a aidé a finaliser mon rêve en me conseillant un itinéraire
inoubliable de part sa beauté et ses rencontres riches et multiples.

   Accueillis a plusieurs reprises chez l'habitant, authenticité, générosité, simplicité, de grands moments de bonheur partagés. Mon souhait était de parcourir des paysages différents et multiples, grandioses, j'ai été servie.

En commençant par Salta ville provinciale surnommée "la linda", une cité coloniale pleine de charme.

De là, direction Tolar Grande sur l'altiplano avec ses paysages éblouissants, Ojos del mar , Salar d'Arizaro, Desierto del Diablo.
Ensuite, changement de décor à Cafayate qui est une région viticole attractive à tout point de vu.
Province de Jujuy- Valle de Humahuaca, quelques jours de partage avec Hector et Carla dans le village d'Hornaditas, pour s'inicier à la culture de la Pachamama, que de bon sens et respect!!!! Des endroits tout aussi merveilleux, peintures rupestres, grottes del inca, que de bons souvenirs!!!








Je traverse les Andes vers le Chili, San Pedro de Atacama, Geysers de Tatio, vallée de la lune....
Puis la Bolivie du parc d'Avaroa jusqu'au Salar de Uyuni, lagunes, la route des joyaux... je suis restée sans voix.



Je continue direction Valparaiso, ville portuaire ouverte sur l’océan, ambiance, maisons colorées et fleuries entourées de Cerros, collines escarpées, un vrai plaisir pour les photographes et les amateurs d'art.

Plus au sud, découverte du parc Conguillo, volcans , lagunes, coulées de laves fraîches, les couleurs et contrastes sont magnifiques.
Immersion dans l'histoire et la culture Mapuche, partagées par Carlos et Marta, personnes pleines de connaissances et bon cœur.
Pucon ville pour les amoureux des sports d'aventures et des thermes à ciel ouvert. Encore plus au sud la grande île Chiloe, Castro et ses artisans, parc national de chiloe, églises et histoire, l’île d'Achao et sa fête culturelle et gastronomique, mmmm...le curanto a goûter absolument.





Traversée des Andes pour rejoindre Bariloche capitale argentine du chocolat et des trekkings, où Pascal et Jamil m'attendaient pour me guider et partager une super aventure dans le parc nacional Nahuel Huapi et sur la route des 7 lacs entre Villa la Angostura et San martin de los Andes. Beauté et rires étaient au rendez vous, encore Merci!!!
Enfin, quoi de mieux pour terminer ce fantastique voyage que trois jours de kayak sur le lac Lacar, que du bonheur!!!!

 Un superbe séjour, à travers des paysages exceptionnels, des rencontres d'une grande humanité, efficacité et gentillesse de Christophe à tout instants!!!


Caroline


13 mars 2014

NAHUELITO, Faune mythique ( ?) de Patagonie

TransHumans Pas de commentaire

Hormis les quelques personnes qui ont eu la chance de se rendre un jour à San Carlos de Bariloche en Patagonie, très peu ont dû entendre parler du monstre du lac Nahuel Huapi, affectueusement baptisé « Nahuelito ».

Mythe ou réalité, le débat n’est pas encore clos, le Loch Ness est encore un mystère alors imaginez Nahuelito dans un lac quasiment dix fois plus vaste et profond ! N’étant pas personnellement spécialiste en écosystème halieutique, je n’oserai m’avancer ici à vous dire si oui ou non Nahuelito existe. Par contre, l’aspect un brin cocasse de sa recherche me donne un bon prétexte pour vous la faire partager. 

Les premiers témoignages écrits de l’existence d’un monstre vivant dans le Nahuel Huapi furent donnés par les Mapuches vivant sur ses rives aux premiers colons européens. En effet, très tôt ils ont été mis en garde contre cet animal, grand comme une vache laissant des traces en forme d’énormes pattes de canard sortait du lac pour se nourrir du bétail paissant à proximité de l’eau. Dis de cette façon, Nahuelito aurait pu être directement classé dans la famille zoologique des boucs…émissaires. 

Pourtant à partir de 1910, alors que la ville de San Carlos de Bariloche se développe (au niveau touristique notamment, quelle coincidence), la rumeur devient de plus en plus insistante à tel point qu’un journaliste du Toronto Globe publie en 1922 un article sur l’existence d'un potentiel ptérosaure survivant du Jurassique. L’affaire prenant alors une tournure internationale, il devint urgent de la tirer au clair. 

L'argentine a certes beau avoir une biodiversité très riche, on ne trouva point de spécialiste argentin en ptérosaure. On demanda donc fort logiquement au directeur du Jardin Zoologique de Buenos Aires de se charger des recherches. S’il ne connaissait pas les mœurs de ptérosaure, cet homme savait très bien que les personnes les plus capables de le trouver seraient bien entendus des chasseurs. On monta donc une expédition, avec tous les moyens nécessaire, peut être même trop d’ailleurs.

En effet, voyant arriver l’expédition armée jusqu’au dent, avec des balles pour ours et même de la dynamite, les habitants de San Carlos de Bariloche s’opposèrent à ce que l’on blesse leur Nahuelito. Aussi commença une bataille judiciaire pour démontrer que Nahuelito devait être considéré comme un Animal exotique et qu’ainsi sa chasse soit interdite. Devant la logique d’un tel argument, le ministère de l’intérieur ne put en effet qu’interdire aux chasseurs d’emporter leurs armes. Notons au passage que même si Nahuelito n’est pas apparu dans la ligne de mire des chasseurs, il a dû tout de même apparaitre sur la liste des animaux exotiques de l’époque… 

L’histoire commençait à se transformer en légende jusqu’au jour où le Sheriff Sheffield le meilleur chasseur de prime de l’ouest, alors aux trousses de Butch Cassidi et Sundance Kid qui fuyaient les autorités américaines jusqu’en Patagnie, déclara avoir vu des traces de Nahuelito sur le bord du lac. Aucune prime ne lui fut versée pour cette découverte, mais l’intérêt pour Nahuelito fut tout de même relancé. Depuis aucune preuve formelle n’a été avancée, quelques faits pourtant troublants reviennent régulièrement semer le doute: En 1960 l’armée argentine a poursuivit pendant 18 jours un engin sous marin sans toutefois pouvoir l’identifier. 


Une photo fut remise en 1988 au journal local par un anonyme avec une légende tout aussi mystérieuse que la photo : « … ce n’est pas un tronc d’arbre aux formes capricieuses, ce n’est pas une vague. Nahuelito a montré son visage. Lac Nahuel Huapi, samedi 15 avril à 9h00. Je ne donne pas mes coordonnées pour m’éviter de futurs problèmes… ». 


 





 Puis de nouveau en 2012, une nouvelle photo est publiée. Mais elle nous donne plus de questions que de réponses. 






Aujourd’hui, le mystère reste donc entier. Pour reprendre les conclusions de 1922 du fameux directeur de Zoologique de Buenos Aires , « ... nous n’avons ' pour le moment ' trouvé aucune trace tangible de l’existence » de Nahuelito.

Le meilleur moyen reste donc d’aller voir par soi même de quoi il en retourne, si vous le voyez, vous deviendrez alors célèbre, sinon je vous suggère d’en profiter pour déguster le meilleur chocolat à la liqueur de menthe de votre vie…

24 févr. 2014

Patagonie - Randos au pieds des prestigieux massifs - Isabelle et Richard

TransHumans Pas de commentaire


Nous retiendrons de ce voyage les paysages grandioses lors des randonnées dans les parcs de Los Glaciares et Torres del Paine et surtout la découverte des spectaculaires glaciers.
Notre grande satisfaction: avoir vu le Fitz Roy et les Torres del Paine sous le soleil et le ciel bleu.


Nous avons particulièrement apprécié, l’accueil, la disponibilité et la gentillesse des argentins aussi bien dans le village calme d’El Chalten que dans les refuges plus animés où les échanges sont faciles avec les autres touristes, argentins et étrangers.


Nous félicitons Christophe pour l’organisation du voyage, sa disponibilité et sa réactivité qui nous a notamment permis de récupérer nos chaussures de randonnée oubliées dans un bus lors d’un transfert. Nous le remercions aussi de nous avoir suggéré le restaurant La Tapera à El Chalten où la nourriture est excellente et le patron très sympathique. Nous y avons passé d’agréables soirées.



Notre seul petit regret, est de ne pas avoir pu réaliser, à cause du vent, les excursions prévues en kayak et notamment celle du lac Grey. 

Isabelle et Richard. 
 


Et une vidéo
Randonnées à El Chaltén:
Petit village au pied du Fitz Roy, capitale du trekking.